Legal Spotlight : Senay Gurel, General Counsel chez Voodoo

Steph Smith
Inbound Marketer
@
Leeway
December 13, 2021
4
min

Il arrive un moment dans la carrière de tout avocat où il réfléchit à la voie à suivre. On pense souvent que les voies à suivre sont la pratique privée ou le travail en entreprise. Pourtant, lorsque vous êtes en interne, vous avez également la possibilité de travailler avec des entreprises, qu'il s'agisse de grandes sociétés ou de petites start-ups.

Après être passé de la pratique privée à l'interne chez PayPal, et travaillant maintenant comme directeur juridique de la société de jeux Voodoo, Senay Gurel a des idées précieuses sur le paysage juridique.

Non seulement elle connaît bien les différents environnements juridiques, mais elle possède également une expérience précieuse dans le domaine de la technologie juridique et dans le domaine juridique en tant que responsable.

C'est pourquoi nous avons été ravis de parler avec Senay de son expérience et de ses réflexions sur la manière de réussir en interne.

Bonjour Senay ! C'est un plaisir de parler avec vous.

Pouvez-vous vous présenter et nous parler un peu de votre parcours ?

sûr. Après mes études, j'ai travaillé en tant qu'avocat spécialisé dans les fusions et acquisitions, sur des opérations de type private equity. Puis, comme beaucoup le font, j'ai commencé à réfléchir à la direction que je voulais prendre et à me demander si c'était vraiment la carrière que je souhaitais pour moi.

J'ai vraiment aimé être avocat, mais j'ai toujours ressenti une légère frustration entrepreneuriale. C'était comme lorsque vous finissez de lire une histoire à des enfants et qu'ils vous demandent sans cesse "que s'est-il passé ensuite ?". C'est ce que je ressentais - je voulais participer davantage au voyage, voir le cycle complet de bout en bout et être un véritable décideur. Quand on est avocat, on n'est pas là pour décider, on est là pour conseiller.

J'ai donc toujours eu cette frustration, puis une opportunité s'est présentée chez PayPal. À l'époque, je ne comprenais pas vraiment ce que PayPal faisait, mais j'ai rencontré l'équipe et j'ai su que je devais en faire partie ! J'ai passé un peu moins d'une décennie chez PayPal, où j'ai occupé différents postes, principalement axés sur l'élaboration et l'exécution de l'analyse de rentabilité de PayPal dans les pays émergents.

J'ai passé des moments extraordinaires, mais lorsque j'ai atteint plus de 130 pays dans mon portefeuille de responsabilités, j'ai senti que j'avais besoin de quelque chose de nouveau. Puis, une fois de plus, une question de karma et d'opportunité, j'ai été approché pour un rôle où j'ai eu exactement le même sentiment que j'ai eu envers PayPal - comme un coup de foudre !

C'est à ce moment-là que j'ai rejoint Voodoo. Je n'étais pas un joueur, mais l'intelligence du modèle économique a compensé mon manque de compréhension du produit à l'époque. Cela fait maintenant un peu moins de trois ans et on ne s'ennuie jamais.

Le jeu doit être un espace intéressant. C'est comment de travailler dans le département juridique de Voodoo ?

Les départements juridiques ont tendance à refléter les besoins de l'entreprise, nous avons donc commencé de manière très modeste, avec moi seul. Au fur et à mesure de notre croissance, nos besoins se sont accrus et nous avons commencé à mettre en place une équipe juridique très réduite. C'est très important pour moi, car cela nous permet de nous approprier clairement les différentes tâches et de faire en sorte que les clients et partenaires internes sachent exactement à qui s'adresser pour les différents types de demandes.

Je dirais aussi qu'il y a un ADN commun dans l'équipe - ils sont tous avocats et sont passés en interne, pour la plupart pour la première fois chez Voodoo. Ils viennent tous d'horizons très divers (en moyenne, une personne a deux nationalités ou plus !). Ils sont tous passionnés par l'entreprise et nous avons une relation et une façon de travailler très fortes et intégrées avec les clients internes.

En ce qui concerne le travail proprement dit, nous avons trois départements différents. Notre activité principale est l'édition, ce qui implique des aspects liés aux contrats, à la propriété intellectuelle et parfois aux litiges. Ensuite, nous avons un service technique de protection de la vie privée, qui est essentiellement notre DPD, que nous avons internalisé. Enfin, nous avons un département M&A, car nous avons la chance de réaliser un grand nombre d'acquisitions.

Wow - on dirait qu'il y a beaucoup de choses qui se passent !

Oui - nous avons réussi à rester une équipe assez petite pour le nombre de projets que nous avons. Évidemment, nous externalisons une partie du travail, mais jamais complètement. Nous aimons garder la main sur ce qui se passe et nous gérons donc nos ressources humaines de manière intelligente. Plutôt que d'embaucher beaucoup plus de personnes, je préfère avoir les bonnes personnes qui passent du temps sur les bonnes choses.

Vous pouvez également vous appuyer sur des outils intelligents pour rationaliser le travail - et Leeway en est un bon exemple. Vos politiques peuvent également vous aider à rester léger. Nous aimons utiliser notre appétit pour le risque afin de hiérarchiser le travail. Devons-nous vraiment y consacrer notre temps ? Y a-t-il une meilleure façon d'utiliser nos ressources ? Où apportons-nous vraiment une valeur ajoutée ?


Click me

Quel est l'environnement de travail d'une entreprise de jeux vidéo en pleine croissance ?

Nous avons une culture très très forte. Nous avons des valeurs fortes qui encouragent la propriété, le leadership, l'unicité et l'humanité. C'est une culture audacieuse dont je suis fier. Il y a aussi beaucoup de créativité dans notre secteur, donc une culture qui la stimule est importante.

Et vous avez passé près de 8 ans chez PayPal. En quoi le service juridique d'une grande entreprise comme PayPal diffère-t-il de celui d'une entreprise d'environ 400 employés ?

Je pense que le département juridique reflète toujours l'esprit et la philosophie de l'entreprise. Vous devez avoir une idée de la culture et identifier l'appétit pour le risque. Chez Voodoo, et j'imagine que c'est plus généralement le cas dans les scale-ups, on est plus empirique et pragmatique. C'est dans l'ADN de l'entreprise d'essayer de nouvelles choses, donc nous innovons beaucoup.

Nous sommes également très agiles, alors que les entreprises plus matures ont des processus de décision plus longs et plus complexes. Chez Voodoo, la prise de décision est plus décentralisée, ce qui nous permet de passer à autre chose ou de réajuster les choses rapidement. Cela permet de gagner en efficacité mais aussi de créer de l'espace pour l'innovation.

On dirait que le département juridique fait partie intégrante de l'entreprise.

Exactement. Je fais partie de l'équipe dirigeante et, heureusement, l'équipe juridique est considérée comme un facilitateur d'affaires chez Voodoo. Je pense qu'il est essentiel d'avoir une présence juridique au sein de l'équipe dirigeante car le service juridique a tendance à tout voir - c'est le point d'entrée et de sortie pour la plupart des sujets. Cela dit, je ne suis pas un avocat lorsque je suis à la table des dirigeants ; je suis un dirigeant qui a une grande connaissance des questions juridiques.

Le service juridique fait désormais partie de la culture de Voodoo, mais l'idée que le service juridique est un goulot d'étranglement est malheureusement encore répandue dans de nombreuses entreprises. Elle est très dépassée et n'offre aucun avantage. Plus votre équipe dirigeante est diversifiée, mieux c'est.

Sans aucun doute ! Y a-t-il des compétences particulières que les avocats devraient perfectionner pour assumer un rôle de leader ?

Une compétence que l'on ne voit pas assez est l'écoute. Dans les réunions, nous avons tendance à valoriser la voix la plus forte plutôt que la réponse la plus réfléchie. Lorsque vous écoutez, vous apprenez - et cela a une réelle valeur.

C'est vrai. Vous avez mentionné que vous travaillez actuellement dans un environnement très créatif également. Pourriez-vous nous en dire un peu plus à ce sujet et nous faire part de vos réflexions sur la créativité et le droit en général ?

Bonne question. Les gens ont tendance à penser que le droit consiste essentiellement à appliquer des règles, mais je pense que c'est loin d'être le cas. Il s'agit de faire bouger les choses. Les règles sont un outil que vous utilisez pour y parvenir, mais le reste est de la résolution de problèmes. Je suis un joueur d'échecs et je vois le droit interne comme les échecs - vous avez tous les éléments mais vous devez trouver une stratégie pour gagner.

Ainsi, pour moi, la créativité est probablement l'une des rares qualités qui ne s'apprennent pas (même si on peut la stimuler). Lorsque j'embauche quelqu'un, j'essaie d'évaluer s'il a cet état d'esprit de hacker que l'on ne peut pas nécessairement enseigner. L'état d'esprit du hacker est la capacité de trouver une solution dans n'importe quel contexte.

J'adore ça ! D'une manière plus générale, quels sont, selon vous, les plus grands défis auxquels sont confrontés les juristes d'entreprise à l'heure actuelle ?

Je pense que la chose la plus difficile pour les juristes d'entreprise, surtout pour ceux qui passent de la pratique privée à l'interne, est la capacité d'évaluer le risque et de prendre des décisions en conséquence. Vous devez être à l'aise dans l'inconfort. Au début, cela semble gênant car vous n'aurez jamais tous les éléments que vous souhaiteriez, mais c'est une chose à laquelle on s'habitue avec l'expérience. Vous apprenez à prendre les meilleures décisions possibles avec les informations dont vous disposez. Parfois, vous pouvez échouer, mais ce n'est pas grave - l'échec est source d'apprentissage.

De plus, le lien entre le juriste et l'entreprise est également très important, surtout dans les environnements rapides comme les scaleups. Il faut vraiment comprendre le modèle d'entreprise ainsi que les tendances émergentes et la façon dont nous pouvons les aborder. Par exemple, s'il y a une nouvelle législation, plutôt que de la considérer comme une nuisance, nous devrions réfléchir à la manière dont nous pouvons en tirer une opportunité.

C'est une excellente façon de voir les choses. Et pour terminer, il n'est que juste de mentionner la transformation numérique ! Quel est votre point de vue sur le rôle des technologies juridiques ?

C'est essentiel. Je suis également heureux de voir de nouvelles entreprises entrer dans l'arène. Auparavant, il n'y avait que les grands acteurs mais, avec une telle variété de clients potentiels, de plus en plus de challengers arrivent pour répondre aux diverses demandes du marché. J'apprécie vraiment le fait qu'avec les challengers comme Leeway, vous pouvez avoir une relation, ce que vous n'avez pas avec les grandes solutions anonymes. C'est un bon exemple de concurrence au service du marché.

Donc, pour moi, la legal tech est une tendance très bienvenue et je pense que nous n'en sommes qu'au début.

Merci de nous avoir parlé, Senay ! Ce fut un plaisir de parler avec vous et d'entendre parler de votre expérience. J'ai hâte de vous voir, vous et Voodoo, continuer à vous développer !

Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter pour recevoir les dernières tendances internes, des conseils et de l'inspiration directement dans votre boîte aux lettres.

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.