Legal Spotlight: Yolaine Tranchevent, Legal Director chez CybelAngel

Thibaut Caoudal
Co-founder
@
Leeway
April 12, 2021
6
min

CybelAngel est une startup qui protège les entreprises contre les risques numériques en détectant les menaces auxquelles elles sont confrontées.

Fondée en 2013, l'entreprise, qui vient d'intégrer l'indice Next 40, a déjà levé 52 millions d'euros, recruté 120 salariés et dispose de quatre bureaux à Paris, Londres, New York et Boston.

Alors évidemment, nous avons voulu rencontrer Yolaine Tranchevent, directrice juridique de CybelAngel, pour comprendre de l'intérieur à quoi ressemble le service juridique d'une scale-up en hypercroissance.

Dans ce coup de projecteur, vous comprendrez quelles ont été ses priorités depuis sa prise de fonction il y a trois ans. Yolaine revient sur son rôle, l'organisation de son équipe, et partage sa vision de la profession d'avocat : soutenir l'entreprise.

Bonjour Yolaine, et merci d'avoir accepté notre invitation !

Tout d'abord, pouvez-vous vous présenter ? Quelle est votre formation ?

J'ai commencé mes études de droit avec l'idée de devenir commissaire de police. Je n'ai pas trouvé la matière particulièrement vivante, mais j'ai eu la chance de commencer ma carrière dans un cabinet d'avocats et de rencontrer un avocat extrêmement brillant et inspirant qui m'a donné le goût du droit ! J'ai ensuite travaillé dans deux services juridiques de grands groupes de logistique et de supply chain.

Vous avez commencé votre carrière dans des grands groupes. Pourquoi avez-vous choisi de rejoindre une entreprise comme CybelAngel ?

Je travaillais dans ces deux groupes depuis plus de huit ans et les processus juridiques, même s'ils doivent encore évoluer, étaient encore bien établis. Cela aurait pu être un confort de rester avec ce qui était déjà en place, mais je recherchais davantage un défi. De plus, dans les grandes entreprises, les juristes ont une forte tendance à être cloisonnés dans des domaines d'expertise spécifiques, alors que je voulais continuer à développer et à utiliser mes compétences de généraliste.

J'avoue que je ne connaissais pas CybelAngel avant de rejoindre l'équipe. Mais le projet de l'entreprise et l'énergie de ses fondateurs m'ont attiré. Un échange avec mon futur COO chez CyberAngel a facilité ma décision : de par son expérience, il était sensible aux questions juridiques et m'a suggéré de partir de zéro avec lui pour établir et développer une stratégie globale et constituer une équipe juridique. Cela a également été un atout majeur dans ma décision : J'ai clairement ressenti que le département juridique n'était pas perçu comme une "verrue" dans leur conception mais comme un véritable pôle de compétence attaché à l'entreprise.

On dirait que vous avez fait le bon choix ! Pouvez-vous nous parler de votre rôle dans l'entreprise ?

Ce que je fais aujourd'hui est très différent de ce que j'ai fait à mes débuts chez CybelAngel. Au début, j'étais seul, donc je me concentrais principalement sur l'acquisition de clients. Au fur et à mesure que l'équipe s'est agrandie, j'ai pris en charge des questions plus générales et stratégiques. Avec le recul, je me rends compte qu'il était important de garder un pied sur le terrain pour avoir une bonne vision opérationnelle de l'état d'avancement du produit et pour s'assurer de la cohérence de l'ensemble ainsi que pour garantir que nous répondons toujours aux attentes et aux besoins.

En parlant de l'équipe, pouvez-vous nous présenter et votre organisation au sein du département juridique ?

Actuellement, l'équipe compte deux profils seniors qui sont plus orientés contrats - PI - données. Les dossiers sont divisés par zone géographique : l'un d'eux est basé à New York et couvre cette zone ainsi que le Royaume-Uni et les pays nordiques et l'autre est basé à Paris et couvre le reste du monde. Je suis désormais en charge des questions corporate pour l'ensemble des structures et des questions de stratégie générale. Nous travaillons et réfléchissons ensemble sur les questions de processus.

Nous parlons souvent de la position des avocats dans l'entreprise. Quelle est votre position aujourd'hui ?

Je suis sous les ordres du directeur des opérations de CybelAngel. Les départements des finances et des ressources humaines lui sont également rattachés. Il nous représente au comité de direction. Je sais qu'il y a des débats sur la pertinence de siéger au COMEX. Pour moi, ce n'est pas un cheval de bataille ici car nos fonctions et nos enjeux sont très bien représentés par son intermédiaire. Peut-être que l'évolution de la société nous amènera un jour à repenser les choses.

Quelle est la place accordée aux questions juridiques dans une entreprise Next40 comme CybelAngel ?

Il est clair qu'il y a un niveau d'attente assez élevé de la part des managers et aussi des équipes. Quand on parle de " scale ", cela ne se limite pas aux ventes mais aussi à l'évolution du produit et au cadre légal dans lequel il peut ou non évoluer.

Chez CybelAngel, nous sommes dans la boucle pour presque tous les projets, quel que soit leur niveau. Les équipes de toute l'entreprise nous considèrent comme des "partenaires commerciaux", ce qui est très agréable d'un point de vue dynamique comme d'un point de vue humain - et surtout, cela rend les choses productives !


Quelle chance... Je pense que vous allez rendre certaines personnes jalouses ! Quels ont été les principaux projets que vous avez réalisés au cours des trois dernières années ?

Je pense que le plus grand projet a été de mettre en place toute la documentation juridique contractuelle qui est "intelligente" à la fois en termes de contenu et de forme pour nos clients. Lorsque nous vendons un service de cybersécurité, les avocats pensent souvent "OK, c'est un service SaaS". Ce n'est pas vrai, car il ne s'agit que d'une partie du service. Nous avons donc dû repenser la documentation pour qu'ils puissent la comprendre, tout en veillant à ce que nos intérêts soient protégés et que les zones à risque soient sécurisées. En plus de cela, le défi supplémentaire est que toute cette documentation soit pertinente pour des clients aux quatre coins du monde et qu'elle s'inscrive dans le processus de vente de la manière la plus précise possible.

Oui, je peux imaginer l'ampleur de la tâche. On dit souvent que la profession d'avocat évolue. Le constatez-vous également à votre niveau ?

Je ne sais pas si on peut parler d'évolution. Personnellement, je trouve juste qu'il y a une très grande diversité de profils, notamment en termes de compétences, et qu'il est difficile en pratique de recruter des profils à la fois techniques et orientés business. On a tendance à voir des gens avec de grands titres mais quand on gratte la surface, c'est relativement creux.

On parle de plus en plus de la numérisation de la fonction juridique. Quel est votre point de vue sur le développement de la legal tech en France ?

Je pense que ce sont des outils généralement très utiles dans cet objectif d'échelle. Il ne fait aucun doute que leur utilisation contribue à améliorer les performances de l'équipe juridique.

Ils sont d'autant plus utiles qu'ils permettent de produire des statistiques et de quantifier l'exposition à un risque X ou Y, par exemple. Elles sont également d'autant plus utiles lorsque l'équipe juridique est dispersée dans différents pays.

Comment vous entraînez-vous au quotidien ?

Depuis plus de deux ans, je dispose d'une heure et demie dans mon agenda pour me tenir au courant de l'actualité juridique, que ce soit par le biais des blogs institutionnels, des bulletins d'information des cabinets ou de mes propres recherches. Je demande également aux personnes de mon équipe de faire de même et nous partageons les informations entre nous.

Ensuite, comme beaucoup de gens, je m'inscris à des formations payantes sur les sujets qui m'intéressent.

Et en dehors du travail, où peut-on vous trouver ?

Avant Covid, je vous l'aurais dit dans un bar ou un restaurant mais maintenant je suis surtout chez mon meilleur ami... le caviste 😉. J'élimine mes excès le week-end en courant derrière mes jumelles dans le parc Monceau.

Et oui, malheureusement ! Auriez-vous un dernier mot pour les avocats qui lisent le blog Leeway ?

J'ai tendance à croire que le "bon" avocat a un côté très artistique et créatif, alors n'hésitez pas, lancez-vous, proposez des choses et essayez d'innover !

Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter pour recevoir les dernières tendances internes, des conseils et de l'inspiration directement dans votre boîte aux lettres.

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.